« Structurée par ses relations, composée de sous-ensembles singuliers, notre université doit pouvoir devenir intelligible dans un système de différenciation lisible et appropriable par sa communauté. Or nous constatons que les langages visuels en usage ne permettent pas une pleine compréhension et appropriation de cet ensemble complexe qu’est l’université. Persuadés que notre culture du logotype, soumise à une logique de marque qui a envahi l’espace public ayant pour fonction première la seule visibilité, n’est donc pas en mesure d’exprimer les singularités et les synergies qui traversent et structurent les savoirs comme la vie universitaire, nous avons été amenés à chercher des systèmes de représentation alternatifs. Au-delà du cas particulier de l’Université de Strasbourg, nous considérons que cette logique marchande de représentation d’institutions publiques et territoires politiques, réduits à l’insignifiance de leurs systèmes de représentation, porte préjudice à la reconnaissance de leurs spécificités, noyées dans une profusion de symboles vides de tout contenu.

Cette opacité sémantique, dans laquelle chaque signe opère individuellement adoptant la logique d’un seul signe infiniment répété, sans que le contexte dans lequel il est inscrit soit pris en compte, se traduit en inintelligibilité. C’est la misère symbolique. Face à cet appauvrissement du signe, à ce manque de lisibilité, une logique autre doit prévaloir pour que les savoirs puissent s’exprimer et (re)devenir appropriables. Existe-t-il des alternatives à cette modalité de représentation omniprésente, des stratégies de représentation de l’espace public non basées sur des identités visuelles rigides, sur des systèmes d’identité figés ? Autrement dit, existe-il des espaces de représentation démocratiquement exprimables, civiquement appropriables ? Convaincus que l’université, en tant qu’espace de recherche et de liberté, est le laboratoire du changement, nos recherches se dirigent vers un design d’information contextuel, civique, participatif, à la fois fonctionnel et poétique. » © graphisme.fr

M. Daniel Payot M. Olivier Deloignon M. Pierre-Damien Huyghe